Premier Conseil du gouvernement du Gabon de mai 1957

Publié le par koumba.manonga.over-blog.com

Ont fait parti de ce premier gouvernement restreint de 10 membres, représentatif des deux grands partis politiques de l'époque à savoir, le Bloc démocratique Gabonais (BDG) de Gabriel Léon Mba Minko , Paul Indjendjet Gondjout et  Emile Issembet d'une part et l'Union Démocratique et Sociale Gabonaise (USDG)  de Jean Hilaire Aubame,Jean-Stnislas Migolet et Eugène Amogho d'autre part ,etc...Une belle leçon de démocratie pluraliste qui se passe de commentaitre!

 

-1. Premier Ministre, Vice-Président du Conseil:

  Gabriel Léon Mba Minko,55 ans, Maire de Libreville, Conseiller Territorial ( CT) de l'Estuaire, BDG

  Chef de canton, détenteur de permis d'exploitation forestier.

 

-2. Ministre des finances et de l'économie:

  Paul Flandre,59 ans,Conseiller Territorial de l'Estuaire, BDG

  Exploitant forestier.

 

-3.Ministre des affaires intérieures:

  Stanislas Migolet,37 ans, CT de l'Ogooué-Lolo, USDG

 

-4.Ministre de l'économie et du commerce:

  Edouard Duhaut, 37 ans, CT de la Ngounié,BDG

  Exploitant forestier

 

-5.Ministre du plan:

  Yves Evouna, 37 ans, CT du Woleu- Ntem, BDG

  Exploitant forestier

 

-6.Ministre de la santé publique:

  Maurice Jourdan, 35 ans, CT de l'Ogooué- Maritime, BDG

  Exploitant forestier

 

-7.Ministre de l'enseignement,de la jeunesse et du sport:

  Eugène Amogho,29 ans, Conseiller de l'AEF, CT du Haut-Ogooué, USDG

 

-8.Ministre du travail et des affaires sociales:

  Jean-Marc Ekoh, 28 ans, CT du Woleu- Ntem, USDG

 

-9.Ministre des travaux publics:

  Vincent de Paul Nyonda,39 ans,CT de la Ngounié, BDG

 

-10.Ministre de la production agricole:

  Paul-Marie Yembit,40 ans,CT de la Ngounié, BDG

 

NB: Suite à un remaniement intervenu au cours de la même année, vont faire leur entrée:

 

- Ministre dela production fotrestière et de l'industrie:

  Pierre Mariani, CT,exploitant forestier

 

- Ministre de l'Education nationale,de la jeunesse et du sport:

  Jean François Ondo.

 

 

 

 

 

Commenter cet article